Reach for Infinity, dirigée par Jonathan Strahan

Après Engineering Infinity et Edge of Infinity, je continue la série des anthologies Infinity dirigées par Jonathan Strahan. La troisième s’intitule Reach for Infinity et revient encore un peu en arrière par rapport aux précédentes. Cette fois, l’humanité n’en est encore qu’au début de la colonisation du système solaire.

Continuer la lecture de « Reach for Infinity, dirigée par Jonathan Strahan »

House of Suns, d’Alastair Reynolds

Je ne surprendrai personne en disant que je continue de faire le tour des romans d’Alastair Reynolds qui ne sont pas encore traduits en français. Après Aurora Rising qui se passait dans le même univers que L’espace de la révélation, je m’occupe cette fois d’un roman isolé, House of Suns.

Continuer la lecture de « House of Suns, d’Alastair Reynolds »

Edge of Infinity, dirigée par Jonathan Strahan

Je vous ai parlé il y a quelques temps d’Engineering Infinity, premier volume d’une série d’anthologies dirigée par Jonathan Strahan. Je pensais attendre encore un peu avant de me lancer dans le volume suivant, mais le visionnage de la série animée anthologique Love, Death & Robots a fortement augmenté l’envie de lire des nouvelles. J’ai donc entamé la lecture du deuxième volume : Edge of Infinity.

Continuer la lecture de « Edge of Infinity, dirigée par Jonathan Strahan »

Aurora Rising, d’Alastair Reynolds

La série la plus connue d’Alastair Reynolds est celle des Inhibiteurs, initiée avec son premier roman L’espace de la révélation. L’auteur a ensuite écrit trois autres ouvrages dans le même univers (La cité du gouffre, L’arche de la rédemption, Le gouffre de l’absolution), avant de changer d’univers avec La pluie du siècle puis Janus. Mais en 2007, Reynolds revint le temps d’un roman dans son univers de départ. Cet ouvrage, intitulé The Prefect, est encore aujourd’hui inédit en français. Une décennie plus tard, l’auteur décida qu’il y avait matière à autre chose avec le protagoniste de The Prefect. C’est ainsi que fut publié en début de cette année Elysium Fire, deuxième volume consacré au Prefect Dreyfus. Pour l’occasion, le premier ouvrage est rebaptisé Aurora Rising. Tout cela faisait un bon prétexte pour que je me lance dans la partie inédite en français de cet univers.

Continuer la lecture de « Aurora Rising, d’Alastair Reynolds »

Vengeresse, d’Alastair Reynolds

Depuis un peu plus d’un an, j’ai décidé de rattraper un peu de mon retard dans les publications du britannique Alastair Reynolds. Après avoir fini sa trilogie des Enfants de Poséidon, j’ai décidé de m’attaquer à l’un de ses derniers romans en date : Revenger (publié en français sous le titre Vengeresse). Les romans plus anciens comme House of Suns ou Terminal World devront attendre encore un peu.

Continuer la lecture de « Vengeresse, d’Alastair Reynolds »

Dans le sillage de Poséidon, d’Alastair Reynolds

Ces derniers temps, j’ai un peu redécouvert le plaisir de ne pas attendre une année voire plus entre la lecture de deux volumes d’une série qui me plaît. J’ai ainsi lu les trois romans de la trilogie Les enfants de Poséidon d’Alastair Reynolds en moins d’un an. La Terre bleue de nos souvenirs et Sous le vent d’acier m’ont montré que Reynolds n’avait rien perdu de son talent. Est-ce que le niveau est maintenu jusqu’à la fin de cette trilogie ? Réponse avec Dans le sillage de Poséidon.

Continuer la lecture de « Dans le sillage de Poséidon, d’Alastair Reynolds »

Sous le vent d’acier, d’Alastair Reynolds

Alastair Reynolds est un auteur de science-fiction que j’apprécie beaucoup. Il m’est arrivé de laisser passer beaucoup de temps entre deux volumes de son cycle des Inhibiteurs. J’ai décidé d’être un peu plus rapide sur sa dernière série en date, Les enfants de Poséidon. Il s’est donc écoulé moins d’un an depuis ma lecture de La Terre bleue de nos souvenirs, ce qui n’est pas très long chez moi, avant que je ne me lance dans le deuxième volume de cette trilogie : Sous le vent d’acier.

Continuer la lecture de « Sous le vent d’acier, d’Alastair Reynolds »

La Terre bleue de nos souvenirs, d’Alastair Reynolds

A l’occasion du salon des Imaginales de 2013, j’ai eu la chance de rencontrer Alastair Reynolds. Et j’en ai profité pour acheter ce qui à l’époque était son dernier roman en date, Blue Remembered Earth, premier volume d’une trilogie. Puis le livre va rejoindre ses nombreux camarades non lus dans la bibliothèque. Quelques années plus tard, je réalise que l’ouvrage a été traduit en français, sous le titre La Terre bleue de nos souvenirs, et que le dernier volume de la série ne devrait plus tarder à venir chez nous. Il est donc peut-être temps que je me décide à lire ce livre.

Continuer la lecture de « La Terre bleue de nos souvenirs, d’Alastair Reynolds »

Janus, d’Alastair Reynolds

Si Alastair Reynolds est surtout connu pour sa série des Inhibiteurs et ses jolies pavés, il est aussi l’auteur de plusieurs romans indépendants. Nombre d’entre eux ne sont pas disponibles en français, mais deux titres ont tout de même connu les honneurs de la traduction dans notre langue : La pluie du siècle et Janus. Nous allons nous intéresser au dernier.

Continuer la lecture de « Janus, d’Alastair Reynolds »

Le gouffre de l’absolution, d’Alastair Reynolds

Dernier volume publié en français du cycle des Inhibiteurs, mais pas le dernier écrit par l’auteur puisqu’il existe une préquelle en anglais, Le gouffre de l’absolution apporte un semblant de conclusion à la première série d’Alastair Reynolds. Voyons un peu si cela valait la peine de s’enfiler les quelques milliers de pages que pèse l’ensemble.

Continuer la lecture de « Le gouffre de l’absolution, d’Alastair Reynolds »