Life on Mars, dirigée par Jonathan Strahan

Après Meeting Infinity, j’ai décidé de faire une pause dans la série des anthologies Infinity de Jonathan Strahan pour m’occuper d’une autre antho… de Jonathan Strahan. En route donc pour la planète rouge avec Life on Mars.

Continuer la lecture de « Life on Mars, dirigée par Jonathan Strahan »

Meeting Infinity, dirigée par Jonathan Strahan

Petit à petit, je poursuis ma lecture de la série d’anthologies Infinity, dirigée par Jonathan Strahan. Après un Reach for Infinity fort satisfaisant, je passe donc à la quatrième anthologie, intitulée Meeting Infinity. Cette fois, l’anthologiste oriente la réflexion en direction des changements rapides (notamment technologiques) qu’un individu est capable de voir de son vivant.

Continuer la lecture de « Meeting Infinity, dirigée par Jonathan Strahan »

Edge of Infinity, dirigée par Jonathan Strahan

Je vous ai parlé il y a quelques temps d’Engineering Infinity, premier volume d’une série d’anthologies dirigée par Jonathan Strahan. Je pensais attendre encore un peu avant de me lancer dans le volume suivant, mais le visionnage de la série animée anthologique Love, Death & Robots a fortement augmenté l’envie de lire des nouvelles. J’ai donc entamé la lecture du deuxième volume : Edge of Infinity.

Continuer la lecture de « Edge of Infinity, dirigée par Jonathan Strahan »

Engineering Infinity, de Jonathan Strahan

Il y a quelques années, l’anthologiste australien Jonathan Strahan lançait une série d’anthologies autour du thème “Infinity”. La liste des auteurs présents au sommaire de la première, Engineering Infinity, m’a mis l’eau à la bouche et j’ai donc fait l’acquisition de l’ouvrage puis je l’ai lu. La série a continué année après année et s’est terminée en 2018 avec la publication du septième et dernier volume. Ayant décidé récemment de me relancer dans cette série, j’ai préféré commencé par une relecture complète de la première anthologie avant de passer à la suivante.

Continuer la lecture de « Engineering Infinity, de Jonathan Strahan »