Offensif, de David Gunn

Aujourd’hui c’est détente avec Offensif, le deuxième volume de la série les Aux’. Initiée avec Le Faucheur (réédité en poche ce mois-ci) cette série écrite par David Gunn, pseudonyme manifeste à la biographie délirante, est une sorte de retour de la légion de l’espace de Williamson.

Continuer la lecture de « Offensif, de David Gunn »

Les quarante signes de la pluie, de Kim Stanley Robinson

Le dérèglement climatique c’est dans l’air du temps. Et comme la SF envisage le futur pour mieux parler du présent il n’est pas surprenant qu’un auteur comme Kim Stanley Robinson se penche sur la question. Les quarante signes de la pluie est donc le premier volet d’une trilogie consacrée aux problèmes climatiques déclenchés par l’activité humaine.

Continuer la lecture de « Les quarante signes de la pluie, de Kim Stanley Robinson »

L’accroissement mathématique du plaisir, de Catherine Dufour

Depuis le temps que j’entends dire du bien de Catherine Dufour il fallait bien que je me décide à essayer un jour ou l’autre. La parution de son recueil de nouvelles au Bélial à l’automne a donc été un bon prétexte pour s’y mettre.

Continuer la lecture de « L’accroissement mathématique du plaisir, de Catherine Dufour »

La voie du loup, de E. E. Knight

Quand on s’amuse à lister les sous-genres de la SF on finit rapidement par en trouver des brouettes complètes. Et dans le lot il y a celui de l’humanité sous domination extra-terrestre.
La voie du loup, premier volume de la série Terre Vampire de E. E. Knight, s’inscrit dans ce genre là. Environ un demi-siècle avant le début de l’histoire une espèce nommée Kurian est venue s’installer sur Terre et a mis fin à la suprématie de l’être humain. Ces mystérieux Kurian se repaissent des âmes humaines qu’ils moissonnent par l’intermédiaire de créatures nommées Faucheurs. Certains humains résistent, d’autres collaborent et la grande majorité se retrouve coincée entre les deux, essayant simplement de survivre et priant pour ne pas faire partie de la ‘moisson’ suivante.

Continuer la lecture de « La voie du loup, de E. E. Knight »

La stratégie de l’ombre, d’Orson Scott Card

Que fais un auteur lorsqu’il a épuisé les possibilités de suite direct à un livre ? Il écrit d’autres livres se passant en parallèle de ceux déjà publiés. C’est en tout cas la solution qu’a retenu Orson Scott Card après en avoir fini avec Ender Wiggins dans Les enfants de l’esprit. Du coup, retour à la case départ avec La stratégie de l’ombre.

Continuer la lecture de « La stratégie de l’ombre, d’Orson Scott Card »

Les sphères de cristal, de David Brin

Une fois n’est pas coutume intéressons-nous à un recueil de nouvelles. Et comme cela fait un petit moment que je n’ai rien lu de David Brin voilà l’occasion d’y revenir.
Les sphères de cristal est un recueil spécifique à la France, paru dans la défunte collection Imaginaires sans frontière. Articulé principalement autour de la thématique des extra-terrestres, de leur présence ou de leur absence, il contient neuf nouvelles et un essai. Les textes sont dans l’ensemble assez courts ce qui permet d’alterner rapidement les ambiances. On passe ainsi de textes relativement sérieux à d’autres nettement plus humoristiques. Feu rouge évoque les short stories décalées de Fredric Brown ou Robert Sheckley alors que les dipneustes résonne avec les Berserkers de Fred Saberhagen ou le Centre galactique de Gregory Benford. La dernière nouvelle, Les pierres de pondération, est peut-être le texte que j’ai préféré, l’auteur y jouant avec la notion de réalité de notre univers.

Continuer la lecture de « Les sphères de cristal, de David Brin »

La cité du gouffre, d’Alastair Reynolds

On pourrait croire qu’Alastair Reynolds écrit de la fantasy à voir l’épaisseur des pavés qu’il pond mais il n’en est rien, c’est bien de la SF. Voici donc La cité du gouffre, le deuxième opus de la série des Inhibiteurs. C’est épais, le format est grand et ce n’est pas écrit gros. La première différence notable avec le précédent ouvrage, L’espace de la révélation, est le point de vue adopté, puisque la majeur partie de l’histoire est vécue par le narrateur qui nous raconte ses péripéties. Tanner Mirabel, le narrateur en question, va passer la majeure partie du livre à traquer l’assassin de son ancien patron, ce qui va l’amener de sa terre natale, Sky’s Edge, à Chasm City, la fameuse cité du gouffre sur Yellowstone, permettant ainsi de faire le lien avec le premier volume.
Continuer la lecture de « La cité du gouffre, d’Alastair Reynolds »

Black Man, de Richard Morgan

Trois ans. Trois ans que j’attendais un nouveau roman de Richard Morgan. Avec Black Man cette attente est enfin récompensée et bien récompensée.

Avant de s’envoler pour les terres de la fantasy, avec sa trilogie actuellement en cours outre-Manche, Morgan nous revient donc avec un nouveau roman assez proche de sa trilogie Kovacs. On navigue une fois encore dans les eaux du thriller cyberpunk, avec violence, corruption, sexe, argent, pouvoir et compagnie. L’univers dans lequel se passe l’histoire est sensiblement différent de celui de Kovacs et un peu plus proche du notre. Continuer la lecture de « Black Man, de Richard Morgan »