Boneshaker, de Cherie Priest

L’automne 2010 a vu l’arrivée sur le marché d’un nouveau label consacré à l’imaginaire : Eclipse. Le livre me semblant le plus intéressant dans la fournée de démarrage était Boneshaker de l’américaine Cherie Priest. Lauréat du prix Locus et finaliste au Hugo et au Nebula, voilà qui promettait quelque chose d’intéressant.
Boneshaker est le premier volume de la série « Le siècle mécanique », se passant dans un univers uchronique et à l’ambiance steampunk. Nous sommes en 1880, la guerre civile ravage les Etats-Unis depuis vingt ans et depuis plus d’une décennie tout un quartier de Seattle est isolé du reste du monde par un rempart qui empêche un gaz toxique de se répandre. Zeke Briar est le fils du Dr. Blue, l’homme tenu pour responsable de l’incident qui fit apparaître ce gaz. Persuadé que son défunt père est innocent, et décidé à le prouver, il s’introduit dans la zone. Inquiète, sa mère part à sa recherche.
Pour résumer simplement l’ouvrage, Boneshaker c’est la rencontre des zombies et du steampunk. On a donc droit à toutes une série de courses poursuites, avec les protagonistes comme gibier et des zombies comme chasseurs. L’ambiance est assez bien rendue et Priest a réfléchi un peu à la façon dont des individus peuvent survivre dans un milieu aussi hostile. Ceci étant, le style n’est lui pas toujours très bon, certaines tournures de phrase paraissant curieuses, probablement un effet de la traduction.
L’une des choses qui me frustrent dans ce genre de livre, c’est la mise en place d’un univers uchronique, sans que ce dernier soit véritablement exploité dans le récit. Certes le décor steampunk offre une toile de fond agréable, mais ça reste une décoration sans véritable substance. Probablement la faute à la base de l’intrigue, qui enferme les personnages dans un quartier isolé, sans que l’on puisse en apprendre plus sur le reste du monde qui ne demande qu’à être découvert par le lecteur.
J’avoue ne pas bien comprendre ce qui a permis à ce roman de remporter un prix Locus et d’être finaliste au Hugo et au Nebula, où il a été justement battu par le très bon The Windup Girl de Bacigalupi.
Bref, un livre qui n’est pas dénué de qualités mais dont j’attendais bien plus au regard de la réputation qui le précédait.
  Boneshaker
Boneshaker (Boneshaker)
de Cherie Priest
traduction de Agnès Bousteau
illustration de Jon Foster
éditions Eclipse
486 pages (grand format)

3 réflexions sur « Boneshaker, de Cherie Priest »

  1. Toujours dans mon trip « Steampunk », j’erre sur le Net à la recherche de nouveaux titres. Je suis tombée sur celui-ci et j’ai vu que tu avais fait un billet alors me voici.
    Et on va dire qu’à part la couverture, je n’ai plus du tout envie de l’ajouter à ma biblio après avoir lu les faiblesses que tu soulignes !
    Cajou

    1. Y a pas mal de gens qui l’ont apprécié, donc regarde si tu trouves d’autres avis « de confiance ». 🙂
      Mais j’avoue que je ne vois pas trop l’intérêt du « steampunk » dedans. Pour moi c’est juste des zombies au Far West et tout ce que pourrait amener un univers steampunk est sous utilisé, au contraire de livres comme « L’étrange affaire de Spring Heeled Jack » ou bien « Les revenants de Whitechapel ».
      Par contre, il semblerait que l’univers qu’a créé Cherie Priest est plus développé dans les livres suivants. Il est donc possible que j’y replonge un jour ou l’autre.

Répondre à Cajou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *