Les brigades fantômes, de John Scalzi

Le vieil homme et la guerre de John Scalzi n’appelait pas forcément une suite. Mais l’auteur a remis le couvert avec cet univers et ayant bien apprécié le premier volume je n’ai pas eu de difficulté à me décider à lire le suivant, intitulé Les brigades fantômes.

L’humanité continue son expansion à travers les étoiles, au milieu des nombreuses civilisations qui lui font concurrence. Lorsque plusieurs d’entre elles semblent s’allier pour mettre fin aux ambitions humaines, les forces spéciales, surnommées les brigades fantômes, mettent au point un plan improbable pour essayer de percer les secrets des plans adverses.

Bien qu’étant la suite du Vieil homme et la guerre, Les brigades fantômes ne suit plus John Perry. Le récit n’est pas non plus à la première personne. Cela en change un peu le ton, d’autant plus que l’on suivra plusieurs points de vue, ce qui offre un peu de diversité.

Les brigades fantômes gfDans Le vieil homme et la guerre on suivait des personnages qui grosso-modo étaient des vieux dans des corps de jeunes. Cette fois, Scalzi inverse partiellement la perspective. Les brigades fantômes sont constituées de corps d’adulte habités par des esprits neufs, comme des nouveaux-nés. On a donc des « vétérans » qui sont à peine âgés de plus d’une année. Cet état de fait donne d’ailleurs lieu à quelques pointes d’humour dans les échanges entre membres des brigades fantômes et le reste des troupes. On retrouve aussi les questionnements sur l’identité, la conscience et la mémoire. Est-on définit par ses souvenirs ? Quel est le lien entre la conscience et l’identité, etc. Et derrière tout ça, la question du libre arbitre fait une intéressante apparition.

Ce deuxième volume est aussi l’occasion de s’interroger à nouveau sur les plans de l’humanité dans sa conquête spatiale et de la façon dont elle gère ses relations extérieures. Le précédent opus laissait songeur sur la façon de procéder, apparemment sans grand subtilité, des autorités humaines. Cette fois on a un éclairage un peu différent et plus précis, mais tout aussi critique sur le sujet.

Globalement, j’ai trouvé ce deuxième volume un peu moins bon que le précédent. Probablement en bonne partie du fait de l’absence de John Perry et de son point de vue. Mais Les brigades fantômes est un livre qui se lit vite et bien, avec des réflexions intéressantes. Et le personnage principal, Jared Dirac, a un parcours qui ne manque pas d’intérêt. La fin de l’ouvrage laisse entrevoir un retour de John Perry dans le prochain volume, La dernière colonie. Je le lirai avec plaisir.

Les brigades fantômes pocheLes brigades fantômes (The Ghost Brigades)
de John Scalzi
traduit par Bernadette Emerich
illustrations de Didier Florentz / Pierre Santamaria
éditions L’Atalante / Milady
416 pages (format moyen) 384 pages (poche)

disponible en numérique sur 7switch

Retour au sommaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.