La voleuse sans ombre, d’Emily Gee

Aujourd’hui une petite fantasy un peu atypique. Voici La voleuse sans ombre d’Emily Gee, roman indépendant et donc non pourvu d’une suite en quinze volumes. De plus l’ouvrage n’est pas trop épais ce qui en fait un interlude fort bienvenu.
La voleuse sans ombre c’est Melke, une jeune femme qui a la propriété singulière de pouvoir devenir invisible. Pouvoir qu’elle partage d’ailleurs avec son frère Hantje, lequel est prisonnier de salamandres, amenant donc Melke à voler pour payer la rançon. Et tout n’irait pas si mal si le collier que lui réclame les salamandres ne se révélait pas après coup comme l’élément indispensable à la levée d’une malédiction mortelle.
Ici, point de grande quête pour sauver le monde des ténèbres, pas de grand voyage à travers de multiples pays, nulle liste de personnages tenant difficilement dans un annuaire, fort peu de magie et pas tellement d’action. « La voleuse sans ombre » ressemble plutôt à une sorte de drame familial mâtiné de huis-clos. La majeure partie de l’histoire a lieu dans la même ferme mettant en scène quatre humains et un chien c’est dire si on sort un peu des sentiers battu du genre.
En fin de compte l’intrigue du bouquin n’est pas très longue ni particulièrement tortueuse mais l’évolution des personnages, qui est au premier plan, est assez intéressante. La plume de Gee rend le texte plaisant à lire et ça a le grand avantage de ne pas appeler de suite.
La voleuse sans ombreLa voleuse sans ombre d’Emily Gee
traduit par Benjamin Kuntzer
illustration de Larry Rostant
éditions Bragelonne
402 pages
Disponible en numérique chez 7switch

Le retour du sorcier, de Karen Miller

Après quelques mois d’attente voici la suite du Mage du prince de Karen Miller, deuxième volume qui clôt le diptyque de la prophétie du royaume de Lur. Pour une fois on a une série qui se finit rapidement au lieu de s’étendre indéfiniment, avec des volumes dont les parutions deviennent de plus en plus rare (non, George R. R. Martin n’est absolument pas visé par ceci).

Le goût de l’immortalité, de Catherine Dufour

Après la très bonne lecture que fut le recueil L’accroissement mathématique du plaisir je ne pouvais que poursuivre mon exploration de l’œuvre de Catherine Dufour. Ce fut donc le tour de Le goût de l’immortalité, dont la suite Outrage et rébellion vient d’ailleurs de paraître.
Ce roman relativement court conte la vie de plusieurs personnages dans une Chine du XXIIème siècle où la pollution et les épidémies ont ravagé la population et poussé les survivants à s’enfermer dans de grandes tours, plus ou moins étagées en fonction d’un nouvel ordre social. En ces « temps intéressants » la narratrice nous explique petit à petit comment elle réussi à obtenir l’immortalité à défaut de la vie éternelle.
Au niveau du fond je n’ai pas eu à me plaindre. Catherine Dufour nous fait de la « vraie » SF, avec une pleine charrette d’idées intéressantes et un futur qui fait peur parce que crédible. Pour la forme, c’est beaucoup de plaisir avec cette plume que j’ai déjà fort appréciée dans son recueil de nouvelles avec encore une fois quelques passages où le style flirte avec celui d’un Stephenson.
Après la flopée de prix que ce livre a, à juste titre, ramassé les éditions Mnémos nous ont offert une réédition enrichie d’une nouvelle inédite dans le même univers et d’une sorte de postface dans laquelle Catherine Dufour nous détaille les inspirations et mille et un détails qu’elle a glissé dans son ouvrage. Le tout sous une couverture de Caza qui ne gâche rien à l’ouvrage.
Voilà donc une lecture qui n’aura pas été du temps perdu et il ne devrait pas s’en écouler beaucoup avant que je m’attaque à une autre œuvre de cette auteur qui laisse espérer de grandes choses pour le futur de la SF française.
alt
Le goût de l’immortalité
de Catherine Dufour
illustration de Caza
Editions Mnémos
268 pages
Pour faire l’acquisition de ce très bon roman, avec les bonus, par ici
Pour ceux qui ne veulent pas les bonus (c’est bien dommage) et préfèrent le poche, c’est par làalt

La Voie des ombres, de Brent Weeks

Encore une nouvelle série, mais en trois volumes seulement, promis. Commençons donc avec ce premier roman, La Voie des ombres, par lequel Brent Weeks débute sa trilogie sur L’ange de la nuit.
Azoth est un garçon des bas-fonds de Cénaria, cité soit-disant gouvernée par un roi mais où le pouvoir réel est exercé par un conseil représentant les différentes mafias locales. Pour pouvoir se nourrir et éviter les brimades des plus âgés que lui Azoth parcourt inlassablement les quartiers pourris à la recherche d’un peu de petite monnaie tout en espérant réaliser un jour son rêve : devenir l’apprenti de Durzo Blint, le meilleur des pisse-culottes.

L’ombre de l’Hégémon, d’Orson Scott Card

Avec la stratégie de l’ombre Orson Scott Card a démarré un fil parallèle à celui de la stratégie Ender. Il ne lui restait plus qu’à y faire suite et il ne s’en est pas privé. L’ombre de l’Hégémon est la première des trois sequels de ce spin-off (avec un peu de chance ça veut vraiment dire quelque chose mais surtout ça fait in). Contrairement à la voix des morts, la suite de la stratégie Ender, on ne fait un grand saut dans le temps et dans l’espace puisque l’on reste sur Terre quelques temps à peine après la fin du précédent volume.

Mémoires d’un maître faussaire, de William Heaney

Une fois n’est pas coutume voici des mémoires et pas n’importe lesquelles. William Heaney a deux particularités peu communes. Tout d’abord il passe une part non négligeable de son temps à faire produire de faux livres, délestant des acheteurs un peu trop vénaux d’un argent qu’il reverse à un foyer d’aide aux sans-abris. Attention, on ne parle pas là de faire du faux Da Vinci Code à la photocopieuse. Il s’agit d’art, du genre qui demande beaucoup de travail et une certaine somme de talent pour produire de fausses premières éditions de classique de la littérature.