$pace O.P.A., de Greg Costikyan

Le thème de l’économie n’est pas celui qui revient le plus dans la SF et même si c’est un élément que l’on peut voir traiter dans certains ouvrages, notamment dans la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson, il reste presque toujours comme un élément de fond. Mais comme à peu près tout et n’importe quoi a déjà été mis en scène à travers la littérature de SF, l’économie a eu droit à quelques ouvrages, dont le curieux $pace O.P.A. de Greg Costikyan.

Johnson Mukerji est un chef d’entreprise dont les affaires sont florissantes et qui se frotte déjà les mains à l’idée des profits qu’il va faire avec le lancement d’un nouveau produit issu de la technologie de pointe. Mais le premier contact avec une espèce extra-terrestre va mettre par terre tout ses plans en innondant le marché de produits plus évolués et bien moins chers. Mukerji perd tout ou presque et décide de s’adapter à cette nouvelle situation.

La rencontre d’extra-terrestres est souvent traitée sous l’aspect rapport de force militaire ou bien par l’impact que cela pourrait avoir sur les mentalités et la société humaine. Pourtant, l’aspect économique du problème pourrait être tout aussi important et Costikyan l’illustre très bien. Sa description du choc économique me semble assez convaincante et l’on se retrouve avec une Terre reléguée au rang d’entité économique de troisième ordre, à peine assez évoluée pour accueillir des usines à bas coût.

Mais par le personnage de Mukerji, Costikyan propose aussi une solution. Peut-être pas la plus reluisante ou glorieuse, mais une idée qui permet en tout cas au personnage principal de tirer son épingle du jeu et de remonter la pente. Le parcours du businessman est bien rendu, avec les divers écueils qu’il doit affronter. Et si le récit est parfois assez caricatural, le ton un peu caustique à la première personne permet de faire passer la chose assez facilement.

Avec $pace O.P.A. Greg Costikyan signe un livre sympathique bâti autour d’une idée qu’il exploite plutôt bien. Ce n’est pas un grand livre de science-fiction, mais il emballe quand même son idée dans un récit cohérent et qui permet d’exploiter la chose de façon assez convaincante. Et en y réfléchissant, ça peut tout à fait représenter l’un des avenirs possibles de l’espèce humaine si elle rencontre un jour d’autres formes de vie intelligentes.

space OPA$pace O.P.A. (First Contract)
de Greg Costikyan
traduit par Frank Reichert
illustration de Nicolas de La Casinière
éditions L’Atalante
332 pages (format moyen)

Retour au sommaire

Une réflexion sur « $pace O.P.A., de Greg Costikyan »

  1. Oui, ce n’est pas un chef d’oeuvre, notamment par sa fin vraiment moyenne, mais ça reste un bon livre de par sa grande originalité et quelques moments vraiment drôles (je me souviens encore très bien de la scène de la foire ^^).

Répondre à Baroona Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *