Remake, de Connie Willis

Connie Willis est une auteur particulièrement gâtée par les prix, en particulier les Hugos, et elle est surtout connue pour sa série de romans sur le thème du voyage dans le temps. Si j’ai l’occasion peut-être que j’en relirai et en parlerai plus longuement une prochaine fois. Cependant, Willis est aussi l’auteur de nombreuses nouvelles et novellas et de quelques autres romans, moins connus. Je vais donc parler un peu de Remake, petit roman un peu oublié.

Continuer la lecture de « Remake, de Connie Willis »

Un secret de famille, de Charles Stross

Le premier volume de la série des Princes Marchands de Charles Stross m’a laissé un bon souvenir. J’ai donc assez facilement décidé de me lancer dans la lecture de sa suite, Un secret de famille, d’autant plus qu’il s’agit en réalité de la deuxième moitié du premier roman de cette série. Du moins de la façon dont l’auteur concevait la chose avant que son éditeur ne décide de lui imposer un format plus petit. Bref, j’ai décidé de lire la suite des aventures de Miriam Beckstein.

Continuer la lecture de « Un secret de famille, de Charles Stross »

La guerre du jour, de Peter V. Brett

Parfois, j’ai une idée très précise du lire que je souhaite lire. Et parfois je ne sais pas trop dans quoi me lancer. Dans ce cas, je regarde en général le contenu de la bibliothèque et en particulier les volumes de séries que je n’ai pas encore finies. C’est ainsi que je me suis lancé dans La guerre du jour, troisième volume du Cycle des démons de Peter V. Brett.

Continuer la lecture de « La guerre du jour, de Peter V. Brett »

Le Livre malazéen des glorieux défunts

Depuis quelques années, je n’hésite pas à dire ici et là que Le Livre malazéen des glorieux défunts est ma série de fantasy préférée. Et plus que cela, je considère l’ensemble créé par Steven Erikson et Ian C. Esslemont comme l’univers de fantasy le plus ambitieux, riche et réussi depuis Tolkien. Si j’ai commencé à chroniquer les différents volumes les uns après les autres, je n’avais pas encore essayé d’expliquer un peu en détail, autrement que par oral, ce qui fait la grandeur de cette œuvre et pourquoi il serait dommage que le lecteur francophone ne puisse en profiter dans son intégralité.

Continuer la lecture de « Le Livre malazéen des glorieux défunts »