Les mensonges de Locke Lamora, de Scott Lynch

Ces dernières années, j’ai pu découvrir toute une nouvelle génération d’auteurs de fantasy anglophones, avec Patrick Rothfuss, Brandon Sanderson, Joe Abercrombie, Mark Lawrence, Ken Scholes, Brent Weeks… Mais il est un auteur que j’ai lu pour la première fois avant de découvrir tous les autres : Scott Lynch. A l’occasion de la sortie en français du troisième volume de sa série des Salauds Gentilshommes, après de nombreuses années d’attente, j’ai décidé d’en relire les deux premiers tomes, et de vous les chroniquer par la même occasion. Commençons par le commencement avec Les mensonges de Locke Lamora.

Orphelin des bas-fonds de Camorr, grande cité lacustre, Locke Lamora est pris sous l’aile d’un curieux prêtre qui le forme pour devenir le chef d’une bande de brigands d’un genre particulier : les Salauds Gentilshommes. Ces derniers ne se contentent pas de jouer les tire-laines dans les ruelles mais visent bien plus haut dans l’échelle des escroqueries.

Dès le prologue, Lynch nous plonge dans l’envers du décor de Camorr et nous expose quelques-uns des mécanismes régissant la vie des citoyens de l’ombre tout en nous présentant les origines du personnages de Locke. L’histoire va ensuite alterner entre présent et passé, suivant en parallèle les arnaques en cours de la bande des Salauds Gentilshommes et leur formation passée. Les aller-retours entre les deux époques se font avec plaisir, chaque interlude sur le passé amenant un petit élément destiné à servir plus tard dans la mécanique bien huilé du récit.

Les mensonges de Locke Lamora pocheEn toile de fond, Scott Lynch plante un sympathique décor avec la ville de Camorr, sorte de Venise fictive, au milieu d’un univers riche en détails de toutes sortes que l’auteur se fait un plaisir de mettre en scène. Certaines des trouvailles sont assez sympathiques et offrent matière à des compléments d’intrigues. L’auteur attache aussi un soin particulier à la présentation de la société des bas-fonds de la ville et aux mécanismes qui la régissent, tout en décortiquant le fonctionnement des arnaques des Salauds Gentilshommes.

Clé du livre, les personnages sont particulièrement réussis. Qu’il s’agisse de Locke et de ses comparses, de leurs victimes, leurs antagonistes ou des autres acteurs du récit, Lynch sait leur donner vie avec beaucoup de couleurs. Les Salauds Gentilshommes sont évidemment particulièrement remarquables par leur fougue et leur gouaille qui rappellent entre autres un certain Arsène Lupin. Les dialogues sont pleins de répliques savoureuses qui font sourire et donnent envie d’assister à la scène.

Au final, et malgré un volume de texte assez conséquent, Les mensonges de Locke Lamora se lit assez rapidement, sans ennuis et surtout avec beaucoup de plaisir, tout en étant plus qu’un simple Ocean’s Eleven de la fantasy. Et si l’intrigue se clôt assez bien dans ce premier volume, l’envie de lire l’épisode suivant ne manque pas.

Les mensonges de Locke Lamora gfLes mensonges de Locke Lamora (The Lies of Locke Lamora)
de Scott Lynch
traduit par Karim Chergui
illustration de Benjamin Carré (grand format) Vincent Madras (poche)
éditions Bragelonne (grand format) J’ai Lu (poche)
552 pages (grand format) 704 pages (poche)

Disponible en deux formats : grand format ou poche

La chronique du volume suivant

Retour au sommaire

5 réflexions au sujet de « Les mensonges de Locke Lamora, de Scott Lynch »

  1. Lorhkan

    C’est de la balle cette série !
    Non sérieux, j’adore, c’est rythmé, drôle, parfois plus grave, avec des personnages truculents. Vraiment un bon coup de coeur ! Ok, j’ai du mal à être objectif avec ces Salauds Gentilshommes…^^

    Vivement l’arrivée du troisième tome !

    Répondre
    1. Herbefol Auteur de l’article

      Cette relecture a été un sacré plaisir, et j’ai adoré redécouvrir certains trucs. En février, je fais le deuxième et en mars ce sera enfin ce fichu troisième volume (on a failli attendre). J’espère que le quatrième arrivera un peu plus vite, que ça ne se transforme pas en Trône de Fer niveau délai. 😉

      Répondre
  2. Acr0

    Cette saga me tentait déjà et tu me confortes dans mon impression 🙂 J’ai vu que les deux premiers tomes étaient sortis en poche, j’attendrai sans doute la sortie du troisième avant de l’attaquer.

    Répondre
    1. Herbefol Auteur de l’article

      Détail que j’ai omis de préciser, la série n’est pas une trilogie puisqu’elle est prévue en sept volumes. La fin ne sera donc pas pour tout de suite. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.