La dispersion des ténèbres, de Mary Gentle

Toute chose a un début et une fin, même le livre de Cendre de Mary Gentle. Après un troisième volume que je trouvais un peu en deçà des précédents, il fallait bien en finir avec un tome dont le titre semble prémonitoire : la dispersion des ténèbres.

Malgré la mort du duc Charles, la Bourgogne tient toujours, la nouvelle duchesse et la compagnie de Cendre étant encore assiégées dans Dijon. La Faris ne semble plus savoir quoi faire de son armée de Wisigoth. Et le traducteur et l’éditrice cherchent une explication au tout.

La dispersion des tenebres pocheEt des explications nous en aurons enfin sur à peu près tous les points mystérieux de ce livre et de son univers. Le glissement du récit historique vers la SF est finalement achevé, rendant d’ailleurs le classement de l’ouvrage un peu problématique. J’ai encore trouvé quelques petites longueurs, en particulier sur la fin, mais c’est moins marqué que dans le précédent volume, et il me semble peut évident de terminer « rapidement » un récit étalé sur plus de deux mille pages.

Au final, le livre de Cendre est un très long roman, au début un peu difficile, décrivant un univers bourré de détails, foisonnant de personnages et à l’intrigue à plusieurs couches. Un récit qui demande donc un certain investissement de la part du lecteur et qui ne se range pas dans la catégorie « lecture à cerveau débranché pour se reposer », mais qui offre quelques belles petites récompenses pour ceux qui parviendront à arriver au bout.

La dispersion des tenebres gfLa dispersion des ténèbres (Lost Burgundy)
de Mary Gentle
traduit par Patrick Marcel
illustration de Guillaume Sorel / Alain Brion
collection Lunes d’encre / Folio SF
éditions Denoël / Gallimard
752 pages (grand format) 752 pages (poche)

Toujours deux formats disponibles pour ce dernier volume : le grand format ou le poche

Retour au sommaire

3 réflexions sur « La dispersion des ténèbres, de Mary Gentle »

  1. J’ai les quatre tomes qui m’attendent gentiment (en poche) mais je n’arrive pas à me décider, il me manque une impulsion, un déclic qui me ferait comprendre que cette série plutôt conséquente est pour moi (normal, s’investir dans une histoire de plus de 3000 pages, ça demande un peu de séduction préalable de la part du livre ^_^).

  2. j’avoue que la lecture est parfois un peu ardue mais j’ai vraiment adore les 4 livres de Cendres avec ses personnages fouilles et je pense une epoque plutot bien reconstituée.

Répondre à Cachou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *