Tempête d’émeraude de Michael J. Sullivan

Il y a les livres et les auteurs que l’on range dans son panthéon personnel, tant on est marqué par ces lectures. Il y a ceux qui laissent au contraire un souvenir négatif, ceux que l’on trouve sympathique mais sans plus et ceux qui ne laissent tout simplement aucun souvenir. Et puis il y a les lectures qui ne sont pas des chefs-d’œuvre mais qui laissent pourtant un souvenir particulièrement agréable. Pour moi, la série Les révélations de Riyria est de celles-là. Les trois premiers romans m’avaient fait bonne impression. Aussi je fus assez content de voir que malgré un premier échec avec cette série, les éditions Bragelonne tentèrent une relance, en publiant cette fois les ouvrages de la même façon que sa dernière édition anglophone en date : en groupant les romans par deux. Ayant déjà chroniqué L’empire de Nyphron qui forme la première moitié de L’avènement de l’empire, je vais donc parler exclusivement du second roman de cette deuxième intégrale : Tempête d’émeraude.

Et c’est donc reparti pour un tour. Malgré une envie de ne plus se mêler des problèmes des autres, Royce se retrouve embarqué dans une nouvelle mission avec Hadrian et le duo part explorer un peu le vaste monde. Pendant ce temps, Modina et Amilia tentent de comprendre qui tire vraiment les ficelles du pouvoir et comment faire pour s’en affranchir.

C’est un plaisir de retrouver cet univers et ces personnages et malgré le temps écoulé depuis la lecture du volume précédent je n’ai pas eu de soucis à me replonger dans cette série. Les personnages sont toujours aussi plaisants à suivre. Sullivan continue d’avoir ce bon équilibre entre l’action et le reste, tout en faisant avancer son intrigue à un bon rythme. Une fois encore, on a un nombre d’événements et de rebondissements assez importants comparé au volume de texte. En cela, on se rapproche un peu d’une fantasy à l’ancienne, notamment de Fritz Leiber.

Tempête d’émeraude est une nouvelle occasion d’élargir un peu plus l’univers dans lequel évolue les personnages. Et cette fois, on prend le bateau et on va même faire un tour dans la jungle. Voilà qui dépayse un peu le lecteur. C’est aussi une nouvelle occasion de plonger un peu dans le passé des personnages. On ne perd cependant pas de vue ce qui se passe du côté du palais de l’impératrice et là aussi l’évolution de la situation et des protagonistes est intéressante. D’autant plus que le nombre de points de vue différents augmente légèrement.

Tempête d’émeraude se lit aussi bien que les précédents volumes. De plus, on commence à voir converger certains éléments et on perçoit que Sullivan a bien organisé sa série dès le premier volume : il savait où il voulait emmener ses lecteurs. Tout ça est donc fort sympathique et c’est avec plaisir que je vais lire les deux derniers épisodes de cette série, regroupés en un volume : l’héritier de Novron.

L'avènement de l'empireTempête d’émeraude
in L’avènement de l’empire (Rise of Empire)
de Michael J. Sullivan
traduit par Mathilde Roger
illustration de Larry Rostant
éditions Bragelonne
552 pages (grand format)

disponible en numérique chez 7switch

Retour au sommaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.