L’antre des voleurs, de David Chandler

Etant dans une période plutôt fantasy, je continue de tester diverses séries. Aujourd’hui, c’est au tour de la trilogie Les Sept Lames, écrit par David Chandler, déjà connu chez nous sous le nom de David Wellington, pour ses romans sur les vampires et les zombies. Le premier volume, L’antre des voleurs, est arrivé directement en poche dans nos rayonnages.

La Cité Libre de Ness jouit d’un statut particulier dans le royaume : elle dispose d’une charte qui fait de ses habitants des sujets libres, indépendants de tout seigneur. Mais un sombre complot se trame autour de la cité et pour parvenir à leurs fins les conspirateurs ont besoin d’un voleur. Malden se trouve justement pratiquer cette profession avec plus ou moins de bonheur. Ayant un besoin assez pressant d’espèces sonnantes et trébuchantes, le jeune homme se laisse convaincre de participer à une entreprise un peu folle.

Tout ne va évidemment pas se passer comme prévu, ni pour Malden, ni pour les comploteurs. Le destin étant parfois un peu taquin, les choses vont rapidement se compliquer. Notamment en collant un chevalier banni en travers du chemin du voleur, sans parler d’une femme belle et mystérieuse.

L’antre des voleurs se range clairement dans la catégorie de la fantasy d’aventure pure, légère, sans prise de tête. Les événements s’enchaînent assez rapidement, le découpage en chapitres courts aidant, les personnages sont bien stéréotypés et les rebondissements nombreux. On y trouve finalement rien de bien original, mais c’est plutôt bien maîtrisé, le cahier des charges est respecté et on n’en demande pas beaucoup plus.

Tout comme pour Les révélations de Ryiria de Michael J. Sullivan ou Les Seigneurs des Runes de David Farland, il est agréable de disposer de ce genre de série directement en poche. Le genre manque probablement un peu de ce type de roman léger, qui éveille quelques échos chez un rôliste comme moi, et peut s’acquérir à moindre frais.

L’antre des voleurs ne me laissera pas des souvenirs impérissables, mais j’ai pris un vrai plaisir à sa lecture et je n’hésiterais pas à me plonger dans les deux volumes suivants lorsque j’aurais une nouvelle envie de lecture de détente. Et lorsqu’ils seront disponibles.

L'antre des voleursL’antre des voleurs (Den of Thieves)
de David Chandler
traduit par Benjamin Kuntzer
illustration de Miguel Coimbra
éditions Milady
648 pages (poche)

disponible en numérique chez 7switch

Retour au sommaire

Une réflexion sur « L’antre des voleurs, de David Chandler »

Répondre à Luna Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *