L’honneur des voleurs, de David Chandler

L’un des avantages des trilogies c’est qu’on en voit généralement plus facilement le bout que les tétralogies, pentalogies et autres séries en trente-six volumes. Ainsi, après L’antre des voleurs et Un voleur dans la nuit, voici L’honneur des voleurs, conclusion de la série des Sept Lames de David Chandler.

La disparition de Fendciel change beaucoup de choses pour le royaume de Skrae. La montagne protégeait le pays des barbares installés de l’autre côté, ces derniers sont donc maintenant libres d’envahir la contrée et Mörget de retour parmi les siens ne va certainement pas les retenir. Malden et Croy vont devoir faire face à ce gros changement qui va s’accompagner de nombreux soucis pour chacun, notamment pour la Cité libre de Ness dont le statut particulier pourrait bien disparaître.

Chandler utilise la même formule que dans les deux précédents romans : un chapitrage court, de bonnes doses d’action et des personnages faciles à cerner. Et il malmène joyeusement nos protagonistes, vu que rien ne se passe comme prévu pour eux. Les espérances de chacun sont régulièrement contrariées et tous doivent s’adapter au changement permanent qui les bousculent sans cesse. Malden est particulièrement gâté puisqu’il hérite rapidement de responsabilités dont il n’a pas voulu mais qu’il ne se sent pas capable d’abandonner.

On a aussi le plaisir de rencontrer les dernières des sept lames ainsi que de faire la connaissance de quelques nouveaux personnages. Dans l’ensemble tout est très classique, on est dans une fantasy de pur divertissement comme celle de Michael J. Sullivan, mais la barque est suffisamment bien équilibrée et menée pour que la promenade soit agréable.

L’un dans l’autre, Chandler propose une conclusion assez satisfaisante à sa série en faisant un peu le ménage dans son univers et en offrant une fin convenable, tout en laissant traîner ce qu’il faut d’élément pour pouvoir éventuellement faire revenir ses personnages dans une nouvelle série. Et si je me satisfais très bien d’arrêter la route ici, je serais néanmoins prêt à reprendre le chemin plus tard si Chandler décide d’y revenir.

L'honneur des voleursL’honneur des voleurs (Honour among Thieves)
de David Chandler
traduit par Benjamin Kuntzer
illustration de Miguel Coimbra
éditions Milady
695 pages (format poche)

Retour au sommaire

Une réflexion sur « L’honneur des voleurs, de David Chandler »

Répondre à Phooka Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *